• Pétition Algérie : contre l’autoamnistie, oui à la justice, non à l’impunité !


    Pétition
    Algérie : contre l'autoamnistie, oui à la justice, non à l'impunité !

    Le 27 février 2006, le régime d'Alger a promulgué une ordonnance de mise en œuvre des dispositions de la « Charte sur la paix et la réconciliation nationale » (adoptée en septembre 2005 par un référendum aux résultats largement truqués). Sous le prétexte de mettre un terme à la période sanglante inaugurée par le coup d'État de janvier 1992, le régime d'Alger décrète l'impunité des assassins, qu'il s'agisse des membres des groupes armés se réclamant de l'islam ou des « forces de défense et de sécurité de la République, toutes composantes confondues ». Et il interdit, sous peine d'emprisonnement, d'évoquer sous quelque forme que ce soit la responsabilité des parties qui ont organisé les violations du droit et ordonné, couvert ou justifié les atrocités commises depuis près de quinze ans.

    Les parents de victimes, les familles de disparus sont sommées de se taire – elle n'auront plus le droit de porter plainte – et d'oublier contre une indemnisation financière, méthode honteuse où l'outrage le dispute à l'aveuglement. Mais comment effacer la mer de sang et d'horreurs qui a submergé la société algérienne ? La seconde guerre d'Algérie – qui a porté à son paroxysme les formes perverses et inhumaines de guérilla et contre-guérilla développées au cours de la guerre d'indépendance par les forces coloniales – a coûté près de 200 000 morts, 20 000 disparus, un nombre très élevé de blessés et de personnes déplacées.

    Après avoir imposé une guerre meurtrière et particulièrement « sale » au peuple algérien, les généraux putschistes qui détiennent le pouvoir réel à Alger, dont le président Abdelaziz Bouteflika n'est que le représentant diplomatique, désirent s'absoudre des crimes contre l'humanité perpétrés sous leur autorité effective, et effacer ceux de leurs anciens adversaires. En violation directe des engagements internationaux signés par l'Algérie et des principes fondamentaux du droit, cette politique d'oubli forcé est en soi un aveu éclatant de responsabilité.

    Cette démarche inacceptable est clairement confortée et cautionnée par nombre de dirigeants des grandes démocraties occidentales. Motivés essentiellement par des considérations économiques, ils mettent en avant le « péril islamiste » pour justifier ce déni des valeurs universelles des droits humains.

    L'autoamnistie des chefs de guerre a déjà été tentée ailleurs, notamment en Amérique latine, et partout elle a connu l'échec. Car nul ne peut disposer du pouvoir d'effacer l'histoire. Il ne peut y avoir de paix et de réconciliation sans vérité ni justice. Le peuple algérien connaît son histoire et aucune manœuvre ne peut effacer des crimes imprescriptibles. Vouloir lui imposer le silence par la menace est strictement illusoire.

    Les femmes et les hommes à travers le monde épris de liberté, signataires de ce texte, rejettent cette loi d'un autre âge et appuient sans réserve la société algérienne dans sa marche vers la justice et les libertés.

    Premiers signataires : Lahouari Addi (sociologue), Hocine Aït-Ahmed (président du Front des forces socialistes), Omar Benderra (économiste), Sihem Bensedrine (Conseil national pour les libertés en Tunisie), Anna Bozzo (historienne), François Gèze (éditeur), Burhan Ghalioun (politologue), Ghazi Hidouci (économiste), Alain Lipietz (député européen), Gustave Massiah (président du CRID), Salima Mellah (Algeria-Watch), Adolfo Perez Esquivel (Prix Nobel de la paix), Werner Ruf (politologue), Salah-Eddine Sidhoum (chirurgien).

    Signatures (prénom, nom, profession, organisation le cas échéant, pays de résidence) à adresser à : impunite_non@algeria-watch.org

    Cette pétition sera envoyée à la fin du mois d'avril à diverses institutions algériennes et internationales.



    Signataires:

    Saïd Ait Abdallah, conseiller technique France
    Abdenour Abdelli, ex-membre du syndicat islamique du travailleur (sit)
    Khelil Abdelmoumene, militant de la LADDH, Algérie
    Noureddine Abdi, chercheur CNRS, Paris
    Abdelhamid Achour, Sociologue, F.F.S, Algérie
    Mohammed Abouchi, Ex-etudiant à l'uninersite de constantine, Algerie/setif
    Ali Yahia Tarik Ben Mohammed Saïd Abrous, Publicitaire, Maroc
    Nabila Adjlout, Secrétaire - Algérie
    Mayouf Agoune, Tutor, UK
    Salim Ahmed-Nacer
    Jugurtha Aït-Ahmed, journaliste, Suisse
    Mohand Cherif Aït-Ahmed, Admnistrateur, EX président d'APC de Tizi Ouzou
    Karim Ait Aissi , Informaticien , coordinateur du Mouvement Humaniste en Algérie , militant du FFS
    Belaid Ait Mohand , Éducateur, France
    Larbi Alili, Scientifique, Tresorier de Justitia Universalis, La Haye, Pays Bas
    Josette Ampilhac, membre de l'ACAT
    Méziane Amrouche, technicien, France
    Bernard Anclin
    Souhila Anza Hafsa, étudiante en journalisme
    Hachimi-Chemimi Arab, Gestionnaire, Militant du FFS et Défenseur des Droits de la Personne Humaine, Algérie
    Samir Arezki ,étudiant de béjaia (2éme année),Algerie
    Yahia Assam, Journaliste Reporter Image, France
    Asamblea Permanente por los Derechos Humanos (A. P. D. H.), Argentina
    Ahmed Assermouh, Architecte et Urbaniste, Maroc
    Nordine Ath Messaoud, Etudiant
    Brigitte Azema-Peyret, Avocat honoraire au barreau de Bordeaux
    Lakhdar Azoug, Président de l'assemblée communale d'Amalou, wilaya de Béjaia - Algérie
    Larbi Babou, Retraité - Algérie
    Françoise Bage, Traductrice, Pays-Bas
    Khaled Bahloul, Physicien, France
    Djamel Bahloul, Secrétaire National à la jeunesse et au mouvement estudiantin du Front des Forces Socialistes - FFS - Algérie
    Karim Baloul, Secrétaire National du FFS chargé des Relations Internationales, Algérie
    Arezki Bantaleb, fonction medecin
    Jean Yves Barrère, économiste , France
    Abdelouahad Bassaid
    Patrick Baudouin, Avocat, Président d'Honneur de la FIDH
    Abdelbaset Bedrouni, Dipl. Ing., Deutschland
    Mohamed Belhaoua, Défenseur des droits de l'homme, Relizane, Algérie
    Rachid Belkacemi, Ingénieur - Algérie
    Mohammed Belmejdoub, ancien détenu politique marocain
    (1972-1982) et défenseur des droits de l'Homme
    Zaïma Benachour - militante des droits de l'homme
    Badis Benaicha, Universitaire
    Rachid Benaissa, ancien Fonctionnaire International à l'UNESCO
    Abdesslam Benali, Universitaire, France
    Djamaledine Benchenouf, Journaliste
    Yamina Benchohra-Sadarnac, membre udf, collectif justice et libertes présidente de l'ass:adac-athéna
    Djoudi Benhacine, Auteur dramaturge amateur algérien, Allemagne
    Tarek Ben Hiba, Conseiller Régional Ile-De-France "Alternative Citoyenne"
    Azzedine Benissad, militant du FFS, Paris
    Rabah Benlatreche, porte parole de la C.N.F.D rt président de l'A.F.D.F. Constatine
    Titem Benneouala, Docteur en mathématiques, France
    Ali Bensaad, géographe, Maître de Conférences, Université de Provence
    Hamida Ben Sadia, Altenative Citoyenne, LDH
    Mohamed Bensalem, Etudiant - Algérie
    Arezki Bentaleb, médecin, élu FFS, militant des droits de la personne humaine, Algérie
    R. Benyoucef, enseignant université , Défenseur des droits de l'homme, Algérie
    Rachid Berchiche, Ingénieur -Algérie
    Néstor Bercovich, Argentina
    Ruth Bergan, humanitaire, UK
    Abderrahmane Berkani, psychologue, France
    Mohamed Bettache, P/APW de Béjaiai - Algérie
    Ahmed Bettatache, Docteur en Droit - Cadre du Front des Forces Socialistes - FFS - Algérie
    Mohamed Ouamer Bibi, Professeur Université - Algérie
    Antoine Billiottet
    Claude Billy, Magistrat, Chanonat
    Virginie Bineau, Secrétaire générale, Eau Vive Montreuil, France
    Naomi Blackwell, Legal Representative, Refugee Legal Centre, UK
    Elisabeth Bonpain
    Hassen Bouabdellah, Cinéaste, France
    Smail Boubekeur, commerçant - Algérie
    Ahmed Bouchaala , Cinéaste, Paris
    Mme Bahdja Bouderbala, Secrétaire Nationale du FFS, chargée du mouvement associatif - Algérie
    Peter Black, Member National Assembly for Wales, Welsh Assembly, Swansea, Wales
    Laurent Bonnefoy, doctorant, Yémen
    Ahmed Bouabdallah / enseignant-chercheur / France
    Abdellah Bouguerra, Secrétaire National du FFS, chargé du mouvement syndical et du monde du travail - Algérie
    Karim Boughida, Algeria Watch International, Los Angeles, CA USA
    Mustapha Bouhadef, Universitaire et cadre du F.F.S.
    Salim Bouheddou, Chomeur, FFS, Algérie
    William Bourdon, Avocat, France
    Houria Bouteldja, attachée commerciale, Paris
    Hassene Bouzefrane, fiscaliste, Algérie
    Idir Bouzefrane, expert comptable, Algérie
    Mostafa Brahami, Dr. Economie
    Abdelhamid Brahimi, Economiste, ancien Premier Ministre en Algérie
    Djelloul Brahimi, Retraité - Algérie
    Rabah Brahimi, Economiste - Algérie
    Gill Branston, Senior Lecturer, Cardiff University Cardiff, Wales, UK
    Jo Briant, Centre d'Information Inter-Peuples; France
    Carol Brown, Artistic director, Swansea, Wales, UK
    Sylvie Buterrbach, Chercheuse,SBASSG,Wales,Uk
    Jorge Buzaglo, Profesor de economía, Argentina
    Mirtha Calmanovici, Docente, Argentina residente en Santiago de Chile
    Hugo Cañón, Fiscal General de Bahía Blanca (Argentina),
    Presidente de la Comisión por la Memoria (Pcia. Buenos Aires. Argentina)
    Catherine Casalegno , Professeur, Seyssinet-Pariset, France
    Marie-Claire Caloz-Tschopp, enseignante, chercheur Universités de Genève et Lausanne
    Irene Castillo, Socióloga, Presidenta del Grupo de Estudios Sociales,Argentina
    Centre d'Information Inter-Peuples, Grenoble
    Centro de Estudios Legales y Sociales (CELS), Ciudad de Buenos Aires - Argentina, www.cels.org.ar
    Djamel Chafa, Ingénieur - Algérie
    Aldjia Chaibi, Etudiante en Pharmacie - Algérie
    Hakima Chaibi, Architecte - Algérie
    Rachid Chaibi, Secrétaire National du FFS chargé de la gestion administrative , Algérie
    Taoues Chaibi, Médecin - Algérie
    Lyasmine Chaker, Étudiant, Québec, Canada
    Abdelaziz Chambi, DiveCité, Lyon
    Marie-Thérèse Chamot
    Marie-Anne Chauzain, chargée de mission, Collectif des familles de disparu(e)s en Algérie
    Bénédicte Chavand, étudiante France
    Dr Tom Cheesman, University of Wales Swansea / Wales / GB
    Hocine Chellal, chef de département finance, militant du FFS, Bouira, Algérie
    Noreddine Chelouti, citoyen algerien
    Mouhieddine Cherbib, Militant du Comité pour le Respects et des Libertés en Tunisie
    Assila Cherfi, graphiste, Algérie
    Nadia Cherfi, Spécialiste en marketing - Algérie
    Ahmed Cherifi, Secrétaire National du FFS, chargé des solidarités et des anciens du FFS , Algérie
    Thomas Chiasson-LeBel, sociologue Montréal, Québec, Canada
    Sofiane Chouiter, Avocat, Algérie
    John Clayden, The Medical Foundation for the Care of
    Victims of Torture, Swansea, Wales, UK
    Collectif isérois de soutien aux réfugiés politiques algériens
    Beatrice Collet, Responsable comptable, membre d'attac et syndicaliste, France
    Comité des Parents des Personnes Enlevées ou Disparues au Liban
    Catherine Coquio, Universitaire, Présidente de l'Association Internationale de Recherche sur les Crimes contre l'Humanité et les Génocides
    Henri Couturier, Rouen
    Monique Crinon, sociologue, militante féministe, CEDETIM
    Miguel A. Cruzado Monge, Bilbao, Espagne
    Pierre-Yves Dacheux, membre LDH, Enseignant, Montpellier
    Amina Daligand, Australia
    Kamel Daoud, professeur de médecine, militant des droits de l'homme
    Abdul Raouf Darwich, mathématicien
    Rene Dassie, journaliste, paris france
    Violaine Déan, étudiante, france
    Iskander Debbache, Journaliste Algérien en exil
    Olivier de Frouville, juriste (Paris)
    François Della Sudda, membre du Bureau national de la Ligue des droits de l'Homme, membre du bureau du Collectif des familles de disparus en Algérie
    Arielle Denis, Co-Présidente du Mouvement de la paix, France
    Ouardia Derriche, Militante des droits humains, Bruxelles
    Moussa Diaf, universitaire, Algérie
    Mohamed Djebouri, Enseignant - Algérie
    Ahmed Djeddai, Docteur - Cadre du Front des Forces Socialistes - FFS - Algérie
    Idris Djelid, etudiant, Zurich, Suisse
    Safia Rym Djellouli, Etudiante à l'école supérieure des beaux-arts
    Mohamed Djelmami, Secrétaire National du FFS chargé des Droits de la Personne Humaine et du Maghreb - Algérie
    Ahmed Djemili, Fonctionnaire - Algérie
    Ghalia Djoudi, Documentaliste - Algérie
    Hocine Djoudi, Anesthésiste - Algérie
    Jean-Pierre Dubois, président de la Ligue des droits de l'Homme
    Christian Dufrechou, France
    Francine Duong
    Michèle Durieux, 54 ans animatrice en pastorale, France
    Yves Dutier, Consultant, France
    Nacera Dutour, Collectif des familles de disparu(e)s en Algérie, France
    Irène Ekani , enseignante retraitée
    Ali El Baz, coordinateur de l'association des travailleurs maghrebins de france (ATMF)
    Anouar Nourdine Errida, Militant Associatif, France
    ESPOIR, Association, Président : Bernard Rodenstein, Colmar
    Karine Esteves, Chargée de mission SGDF, France
    Mireille Fanon-Mendes-France, collaboratrice parlementaire, militante des droits humains
    Yvette Fauchot, LDH, Evry
    Sofiane Fellah, étudiant en commerce, France
    Dr Kamel Eddine Fekhar, Medecin - Secrétaire National du FFS, chargé de l'anticipation et de la formation politiques - Algérie
    Virginie Feuilloy, Cadre de Santé, France
    Joanna Furber, Project Officer, Dylan Thomas Centre, Swansea, Wales
    Omar Gaci, Elu APC - Algérie
    Rachid Gaier, Melun, France
    Sergio Garate, Chilean National Resident in the UK, Laboratory Technician
    Vincent Genestet, Consultant, Cedetim, France
    Axel Goldau, Journalist, Berlin - Deutschland
    Roger Goldsmith, Royaume Uni, membre d'Amnesty International
    Paula Gomez, psychologue, Algérie
    Farid Gonzalves, commerçant
    Narriman Latefa Guemar, syndicaliste , UK
    Adel Soleiman Guémar, journaliste indépendant, Wales, UK
    Abderrahmane Guerouaz, fonctionnaire, Bouira, Algérie
    Abdelkader Hamadache, Retraité - ex Sénateur - Algérie
    Boualem Hamadi, Peintre - Algérie
    Joséphine Louise Hamani – Auf Der Maur (professeur à Genève & Association vérité et justice en Algérie )
    Mabrouk Hamani, commerçant à Genève
    Mohamed Tahar Hamani, Ancien médecin militaire
    Hassane Hamdane, Graphic Designer, UK
    René Hamm, journaliste indépendant, Mittelbergheim (Alsace)
    Lotfi Hammami, (pcot) parti communiste ouvrier de Tunisie
    Dr Andrew Hammond, academic
    Ahmed Hanifi , Formateur (Marseille)
    Ferhat Hanoune, Président de l'assemblée communale de Béni Ksila, wilaya de Béjaia - Algérie
    Ali Haouchine, politologue, Montreal
    Mohamed Harbi, Historien algérien, France
    Jean-Benoit Hardouin
    El Alia Hassaine, prothésiste dentaire, france
    Moussa Hannou
    Omar Hebbache, algérien, Montreal Canada
    Hassina Hemmache, Architecte - Cadre du Front des Forces Socialistes - FFS - Algérie
    Claude Hénon, enseignante militante SUD Education, Le Havre (76)
    Etienne Henry, sociologue DR Inrets
    Hélène Henry, enseignante retraitée membre de la LDH
    Abdelhamid Hihi
    Helen Hintjens, Lecturer in Development and Social Justice, Institute of Social Studies, The Hague
    Gasmi Hocine, Etudiant chercheur, universite de Nice-France
    Pascal Holenweg, politologue, Genève
    Sara Horchani, Etudiante, Militante associative et, Secrétaire aux droits humains du Parti Socialiste section de Dijon
    Mohammed Houati, Ex- Président d'APC, Chlef, Algérie
    Jane Hypher, medical social worker, Swansea, Wales,
    UK
    Mouloud Idir, Politologue, Université du Québec à Montréal
    Said Igoudjil, cadre financier, Algérie
    Mohand Ikhenoussene, Cadre Financier - Algérie
    Ines Izaguirre, Profesora Consulta UBA - Miembro Directivo APDH
    Instituto de Investigaciones "Gino Germani", Facultad de Ciencias Sociales, Buenos Aires, Argentina
    Jean Marc Jacob, enseignant, Paris
    Pierre Jacquemin, Retraité, Membre d'Amnesty International, France
    François Jacquet
    Maria Adela Jasnis , Investigadora de la Universidad de Buenos Aires, Argentina
    Catherine Jennings, Irlande
    Fathi Jerbi, Universitaire et membre du "collectif 18 octobre pour les droits et les libertés en Tunisie
    Kamil Jilali, étudiant
    M.Riskær Jørgensen, Member of Amnesty of International, Denmark
    Rosemary Jones, self-employed,Wales, Uk
    Ahmed Kaci, Journaliste
    Boualem Kaci, retraite, Bejaia Algerie
    Hassina Kaci, Retraitee, Algerie
    Mehdi Kaci, Department of International Relations San Francisco State University CA, USA
    Abdelhafid Kasri, Secrétaire National du FFS chargé des élus - Algérie
    Bouzid Kassa, Fonctionnaire
    Youghourta Kebbous, Sociopedagogue Barcelone (Espagne)
    Shanez Kechroud, Specialiste en communication
    Halim Kemmoum, informaticien, Constantine algerie
    Ahcène Kerkadi, élu FIS, Lausanne
    Mehdi Kerri, étudiant, Algérie
    Jeanne Kervyn, Sociologue, Belgique
    Meziane Kettou
    Amine Khalfi
    Léon Kharomon, Journaliste réfugié en France
    Zahir Khelifi, enseignant formateur en photographie; Tizi-Ouzou, Algérie
    Kamer edine Kherbane, Membre fondateur du Front Islamique du Salut
    Akli Khoudi, Ingénieur - Algérie
    Mourad Krinah, Etudiant, Algérie
    Azedine Lagha, Etudiant
    Lyes Lakhal, Chercheur, France
    Ali Laskri, Premier Secrétaire du Front des Forces Socialistes - FFS - Algérie
    Thierry Le Bars, professeur à la Faculté de droit de Caen (France)
    Sara Lebbad, graphiste, Algérie
    Hélène Lécot, Journaliste- Paris, France
    Mehdi Lebid, étudiant, Algérie
    Olivier Le Cour Grandmaison, universitaire, France
    Ali Lemdani, Enseignant - Algérie
    Madjid Lemdani, Secrétaire National du FFS à la politique financière - Algérie
    Jean-François Lepez, retraité
    Mohamed Limani, Enseignement - Algérie
    Tahar Lounes, Enseignant, France
    Hakim Lourari, membre du conseil national du ffs federation de setif
    Nicole Louvest, France
    Adriana de Lucio, politólga, Argentina
    Salah Mahammed, fonctionnaine de la santé - Algérie
    Georges Maire
    Jean-François Malesset, Marseille
    Hocine Malti, expert pétrolier
    Kamel Mammar, Fonctionnaire - Syndicaliste - Algérie
    Djoudi Mammeri, Ingénieur en Génie Civil - Sénateur - Algérie
    Ahmed Manaï, directeur de l'Institut Tunisien des Relations Internationales
    Elsa Manghi, chargée projets associatifs
    Catherine Marguin, militante droits humains, Lyon, France
    Marie Marin, membre de la LDH, France
    Mohamed Mazouki, étudiant
    Medjnoun Mecipca, Fonctionnaire, Montréal,Canada
    Yahia Medani, Avocat - délégué auprès du Premier Secrétaire du FFS, chargé du suivi des affaires Judiciaires - Algérie
    Foued Medjabri, technicien
    Chérif Medjaoui, Architecte, Alger
    Hakim Mehenni, ph.D student, National Institute of Scientific Research (INRS-emt)
    Rabah Meksem, syndicaliste Membre de la direction du Satef.- Algérie
    Hanafi Merabet, commercant, zoui khenchela , Algérie
    Jamel Merabet, citoyen algérien
    Rachid Mesli, Avocat (Genève)
    Belkacem Messaoudi, vice président APW de Bouira - Algérie
    Rashid Messaoudi, journaliste, UK
    Raphaël Messara, Contrôleur de gestion, France
    Fabienne Messica, LDH, cedetim
    Mira Meziane, informaticienne, Algérie
    Youcef Mimouni, Ingénieur en Environnement - militant du Front des Forces socialistes - FFS - Algérie
    Tobias Mörike, Landesvorsitzender Jusos Brandenburg, Sprecher des Arbeitskreis Nahost Jusos, Deutschland
    Mustapha Mokdad, militant du FFS, Marseille, France
    Khaled Mokhtari, Syndicaliste, Algérie
    Rym Mokhtari, étudiante et graphiste, Algérie
    Khaled Mokrani, Professeur - Algérie
    Mehdi Mosbah, Réfugié politique, victime de la torture en Algérie
    Alain Mot, Membre Amnesty International, France
    Rezzoug Moussoum, enseignant universitaire - Algerie
    M. Martial Mouqueron, Militant associatif, politique et syndical
    Mounir Mrabet, étudiant, Algérie
    Corinna Mullin, PhD candidate, London School of Economics
    Anastasie Mutoka, Journaliste réfugiée en France, Vice-présidente de l' Association des journalistes Réfugiés en France
    Karim Naar, étudiant , Pologne
    Djamel Nacer, Opérateur, FFS, Algérie
    Elisabeth Nadiras, LDH Toulon
    Dr Rabah Nait Abdellah, Ophtalmolgue - élu FFS au sein de l'APW d'Alger - Algérie
    Corinne Nativel
    Mohamed Nebbou, Secrétaire National du FFS, chargé du suivi des fédérations - Algérie
    Youcef Nedjadi, physicien
    Dr Kalypso Nicolaïdis, University Lecturer in International Relations,
    European Studies Centre, University of Oxford
    Dimitri Nicolaïdis, enseignant
    Stylanos Nicolaidis
    Jo Falk Nielsen, Journalist, Denmark
    Sadhbh O'Dwyer, redactrice, Swansea, UK
    Enrique Oteiza, Profesor titular Facultad de Ciencias Sociales; Universidad de Buenos Aires, Investigador de Instituto de Investigaciones Sociales Gino Germani, de dicha Facultad Buenos Arires, Argentina
    Linda Ouacel, citoyenne Algérienne - militante FFS - Algérie
    Farida Ouaghlissi, Militante, épouse d'un disparu, Algérie
    Mekki Ouahrani, Militant du FFS ; Etudiant en siences économiques, Algérie
    Mourad Ouchichi, Algérien, Etudiant à L'Institut des Etudes Politiques (IEP) de LYON France
    Moha Ouhssain Arehal, Ingénieur, Chroniqueur, Maroc
    Ouahmi Ould-Braham, Chercheur (Paris)
    Myriam Ounesli, travailleuse sociale, Rouen (seine-Maritime), France
    Youcef Ouremdane, Enseignant, FFS, Algérie
    Dr Boualem Ouzriat, membre du conseil national du ffs , médecin inspecteur , Alger
    Bruno Palluat, ACAT, France
    Marion Péchayre
    Jean-Marie Penet, Documentaliste, France
    Evelyne Peter, gougenheim
    Jean-Pierre Peter, gougenheim
    Monique Poncin , retraitée, membre Amnesty international, Belgique
    Sonia Pradine, juriste, Marseille
    Fabienne Prost, animatrice radio
    Asim Qureshi, Lawyer, Cageprisoners, United Kingdom
    Amar Rahem, Doctorant, Suède
    Aissa Rahmoune, étudiant, militant du FFS, Algérie
    Salem Rassoul , Avocat et étudiant, Paris
    Dr. Horacio Ravenna, Covicepresidente, Comisión de Relaciones Internacionales, Argentina
    Anne Reaney, social worker, Swansea, Wales, UK
    J Reinhardt,
    Wilfried Repesse, Animateur social, France
    Francois Ribac, compositeur, France
    Stuart Rice, Uplands ward Councillor, Uplands, Wales, UK
    Amanda Richardson, Documentary Producer, London, UK
    G. Richerd, Membre ACAT-France
    Patrick Rizat-Sibourd, Ecrivain / France
    Marguerite Rollinde, université Paris 8/Saint Denis
    Christophe Rolot, Etudiant, France
    Keith M Ross; Caseworker; Asylum Justice; Swansea, Wales
    Brahim Rouabah
    Urs Peter Ruf, consultant, Germany
    Fadhila Sadaoui, styliste en bijoux
    Hadjou Saddek, Militant associatif
    Youcef Sahli, avocat , militant du FFS, Algerie
    Brahim Sahnoune, citoyen Algerien
    Hadj Aissa Saidat, Enseignant universitaire, Mostaganem, Algérie
    Brahim Saiss, Bibliothécaire à l'Université Paris VIII à Saint Denis
    Boudjemaa Salem, Universitaire - Algérie
    Julien Salemkour
    Mohammed Samraoui, ex-colonel du DRS dissident
    Miguel Angel Sandoval Vasquez , Sociologo y periodista, exnegociador del proceso de paz en Guatemala
    Khaled Satour, universitaire
    Ibrahim Sendussi, Consultant International
    Leila Sendussi, Administration Assistante
    Omar S'habou, Directeur de l'Hebdomadaire "Le Maghreb", Tunisie
    Abderrahmane Amine Sidhoum, avocat et millitant des droits de la personne, Algérie
    Hanafi Si Larbi, Militant du FFS –Algerie
    Ahmad Simozrag, avocat algérien
    Mourad Slimani, Ingénieur Projet
    Mohamed Smain, membre du comité Directeur de la LADDH, Algérie
    Habib Souaidia, ex-officier des forces spéciale de l'armée algérienne et auteur du livre "la sale guerre"
    Nesta Steffens, Human rights activist, Swansea, Wales
    Silke Studzinsky, avocate, Berlin
    Hakim Tabbou, sans profession - Algérie
    Karim Tabbou, Porte parole du Front des Forces Socialistes - FFS - Algérie
    Abdenour Tafoukt, Pharmacien, FFS, Algérie
    Omar Takabeit, Président de l'assemblée communale de Kendira, wilaya de Béjaia - Algérie
    Ahsène Taleb, enseignant, France
    Dalila Taleb, responsable de l'association Génération Citoyenne - Algérie Membre du Conseil National du FFS
    Khaled Tazaghart, Professeur de l'enseignement secondaire - Algérie
    Marilyn Thomas, Secretary Swansea Bay Asylum Seekers Support Group, Swansea, UK
    Rhodri Thomas, Plaid Cymru/Wales AM. UK
    Abdelkader Tigha, officier algérien dissident
    Ouahiba Touati, Secrétaire Nationale du FFS à la condition féminine, Algérie
    Touhardji
    Mohamed Tselkim, Ingénieur
    Stéphanie Tutin, Professeur, France
    Dr. Fernando O. Ulloa, Profesor Honorario - Universidad de Buenos Aires
    Jeadette Vaillant , professeur , LDH France
    Otilia Vainstock, chercheure, Argentine
    Michel Valadier
    Armand Veilleux, moine, Belgique
    Horacio Verbitsky, Escritor, Argentina
    Anne-Sophie Vivier, Intern for the Middle East and North Africa Program, International Center for Transitional Justice
    Bernhard Völk, Deutschland
    Jeni Williams, University Lecturer in Literature and Art History, Swansea
    Chokri Yacoub, Président du Forum Tuniso-Suisse des Libertés, Lausanne / Suisse
    Idris Yahyaoui, Magistère en Génie chimique, FFS, ALGERIE
    Mustapha Yessad, délégué chargé de l'évaluation et du suivi auprès du Premier Secrétaire du FFS , Algérie
    Mourad Youcef, ingenieur, membre du fis, Allemagne
    Mohd Yousef, Medical Doctor, SWARM, Qatar
    Abdelkrim (Karim) Yousfi, militant des droits de l'homme, France
    Zoulikha Zaidi, Cymru Refugees and Asylum Seekers Academic Council, Britain
    Miloud Zehraoui, architecte, France
    Dr. Rachid Ziani-Cherif, Elu aux elections de decembre 1991 pour la wilaya de S.B.A sur les listes du F.I.S
    Stefanie Zietlow, étudiante, France
    Mourad Zirari, Ingénieur, Paris
    Mohamed-Larbi Zitout, ex-diplomat


  • Commentaires

    1
    Jeudi 1er Juin 2006 à 21:03
    oui a la justice
    AZUL je me joint a vous pour cette petition qui j'espere apportera du positif oui a la justice
    2
    karim
    Jeudi 15 Juin 2006 à 22:30
    oui a la justice
    je me joint aussi a vous ,esperant que ce genre de petition puisse faire quelque chose , nous somme avide de justice
    3
    badi
    Mardi 4 Juillet 2006 à 15:48
    contenu illicite
    le nom de mon frere figure illicitement sur cette liste azzedine benissad residant en france nous allons saisir la commission nationale informatique et des libertes cnil avant procedure judiciaire bnous vous demandeons de l'effacer de ce fichier politique nuisible et atteinte aux personnes justement
    4
    x
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 21:52
    soyez nationalistes
    soyez nationalistes avant tout
    5
    Amouri Chahinez (Alg
    Mercredi 14 Février 2007 à 14:39
    Votre aide
    Bonjour Monsieur, je suis doctorante Constantinoise qui travaille sur le (influence des adjuvants sur les propriétés rhéologiques des matrices cimentaires) et j'ai constater que vous avez déjà travaillé sur le même sujet. je vous contacte afin que vous puissiez m'aider en matiére de documentation (articles, theses, les Email des auteurs qui peuvent m'aider, peut être une chose que ne le sait pas) pour l'étude bibliographique sachant qu'ici en Algérie il y a un manque concernant la documentation. dans l'attente d'une suite favorable et comptant sur votre colaboration, veuillez accepter mes profonds respects. Cordialement Amouri Chahinez
    6
    AMAROUCHE
    Mercredi 14 Février 2007 à 15:56
    La neutralité ou la brutalité ?
    Bonjour ! En théorie, "C" facile de suggérer, critiquer, compléter, proposer, enrichir et construire au lieu de détruire. Mais dans la pratique, la première des précautions à prendre n'est rien d'autre que de ne pas mélanger les carottes avec les navets. L'on juge les gens selon les fautes commises, les humeurs des chefs ou la préfabrication de scénarios sur fond de faux témoins et de fausses victimes ? Le partenariat se fait-il entre deux acteurs économiques ou entre un acteur et un intermédiaire commissionnaire d'un marché parallel et infirmel ? Ouvre-t-on un compte dans une banque et par qui ou dans un café ? Le trasfert de propriété en terme de licences se fait selon quelles procédures ? Jeter volontairement son argent à l'océan implique-t-il une action en justice contre l'océan de la part le faisant faille à sa responsabilité civile ? Qu'est-ce-qu'une complicité et le fameux "nul ne pourra faire juge soi-même ? Un avocat peut-il se constituer soi-même pour ses propres affaires et selon des critères ne répondant pas aux normes de procédures ? Qu'est-ce-que transgresser son statut ? Lorsque l'on fait des comptes, on doit les faire sérieusement. Si non, on s'abstient. Sans équilibre, neutralité et indépendance des juges, pas de justice. Qu'est-ce qu'une récupération d'une affaire et une instrumentalisation ?
    7
    Madani Lotfi
    Jeudi 31 Janvier 2008 à 17:27
    Lotfi Madani, au nom de ceux qui se taisent
    Aprés de nombreuse années de silence (je suis un ancien responsable de la radio algérienne), l'évolution catastrophique de notre pays, la fin de rêgne déplorable du dictateur Bouteflika qui dévoille sa véritable nature en s'accrochant de manière indigne, à son siège et à ses privilèges, tout cela me fait sortir de mon silence. J'en appelle à tous ceux qui ont encorele courage de se lever contre l'infamie qu représente le dictateur Bouteflika et sa famille mafieuse....Assez, nos jeunes meurent, nos vieux meurent et Bouteflika et sa tribu propèrent sur le sang des algériens. Je me joins à cette pétition et toutes celles à venir
    8
    ouyahia
    Dimanche 13 Avril 2008 à 17:01
    dst
    Nous faisons suite a l’envoi de lavocate5 et de sa cliente autant que le fax de l’ambassade d’Allemagne ajouté ce jour 13/04/2008 diversion nous portons au savoir de tous que la pétition de monsieur Ouyahia en date du 05/03/2001 a été stoppée par la DST comme la pétition du client citée sur le site news.stcom décapitation par ailleurs à notre niveau nous portons à votre savoir que madame la ministre de la culture n’a fait aucun envoi pour le site la voix des opprimes et les personnes auxquelles fait allusion son article el khabar du 06/11/2002 se trouvent dans le site ci dessus depuis le 13/12/2007 appréhendés par nos forces de l’ordre http://www.blogg.org/blog-28749-billet-declaration-455614.html par ailleurs notre gouvernement ne répondra a aucun envoi quelque soit l’émanation en ce sens par la déclaration relative au colloque guerre d’Algérie en date du 05 /11/ 2002. Nous avons dénoncé le chien d’Oujda qui blessé du se refugier au Maroc durant la tragédie nationale pour se soigner se reposer et revenir sévir avec d’autres et qui exige de nous un seul mot pour que nous mourrons tous mon article elkhabar 06/11/2002 en réalité il ne s’agit que du destinataire du fax de l’ambassadeur d’Allemagne a Alger, signé par le dénommé Petre hans schiff selon le sigle allemand en date du 22/03/2000.pour rappeler encore une fois que Nous demandons l’extradition du dénommé Hanane Tahraoui vers l’Algérie pour situer toute responsabilité Nous sommes conscients que ces envois par Internet ne sont en rien l’émanation de la cliente et encore moins de son avocate mais des reporters sans frontières qui cherchent à étouffer notre scène politique En réalité pour nous obliger à enlever cette pièce décapitation au niveau du site news.stcom salissant l’image des assassins de l’Hexagone qui étaient opérationnels dans les grands massacres de 1997 et son à ce jour opérationnels en ce qui concerne le financement d’attentats extrémistes contre nous La cliente a effectivement fait un envoi pour ce site à partir de sa boite électronique k_moumeni@yahoo.fr Nous ne répondrons à aucune provocation quelque soit l’émanation et nous ne toucherons à cette affaire ni de près ni de loin sauf en présence de la DST française et de son agent Hanane Tahraoui qui se trouve à Berlin Fin de l’envoi
    9
    toumi
    Samedi 26 Avril 2008 à 18:54
    dst des assassins
    Notre quotidien d’Oran en date du 26/02/2004 ***mon chien vaut un million ou comment la combinaison entre la folie humaine et les techniques économiques pour faire des désastres*** article de Lucio Guerrato ambassadeur de la CEE auprès de l’Algérie Voici le poème codé de Hanane Tahraoui base de l’attentat de Madrid L'appel de vérité La vérité est volonté de l'adoré Point de doute Ô mon âme c'est là une équité Faible créature fuyant l'ère de fausseté Voici le secret que le sage a pénétré La vérité est là serviteur égaré C'est elle le secret le reste n'est que vanité Ouvre les yeux qu'ils voient l'immense clarté C'est le jour et Ahmed s'en est bien assuré J'étais aveugle ô seigneur De la lumière Ses rayons me parviennent arrière Satan arrière Je fuis les ténèbres je fuis le châtiment Serviteur égaré tu es hors de tunnel Aime tes semblables comme je lis ton sentiment Je suis la vérité et je suis l'éternel Tahraoui Hanane rule Britannia 7eee Dominique, jacques, nicolas et les autres : limplication française ...
    10
    lorgane
    Mercredi 30 Avril 2008 à 16:01
    medine
    Haut commissariat au droit de l’homme Le dernier pèlerinage du chef de l’état iranien fut pour consolider l’organisation franc-maçonne duodécimale de l’Imam caché qui a pris pour refuge l’Arabie Saoudite après avoir été une arrière base marocaine de frappe contre l’Algérie en 1994 la violence théologique qui se trouve dans ces sites est l'émanation de l'organisation qui se trouve en Arabie Saoudite ou elle a pris pour refuge une prophétie, il faut comprendre que nulle puissance au monde ne pourra la démanteler selon propos prophétique d'ou elle a pris toute précaution au préalable, il est question que de forcer les trois accuses pour l'obtention de preuves contre l'occident sachant qu'il s'agit d'une affaire de destinée. Le mis en cause a donné des preuves a ce sujet mai 1998. Il a été décapité par des Algériens qui refusent l'incrimination de la DST dans cette affaire et un éventuel conflit avec l'occident L'accusé a été pour cela désavoué par le président de la république suite a son accusation dst 08032001 voire quotidien d'ORAN 27062001 ensuite chassé de son poste chef de gouvernement mars 2006 suite à la décapitation et a ce jour interdit l'accès de l'APN le client a été décapité par des algériens qui refusent d'entrer en conflit avec l'occident parce que l'organisation demande aux trois accuses sa disculpation suite financement mai 1998 alors que le client fut jeté en prison toutes ses preuves sont entre leurs mains et sont dans l'impasse En retour l'organisation a partir de MEDINE programme code et finance surtout les attentats extrémistes Elles se trouve sous la protection de l'Arabie saoudite et se trouvera toujours sous sa protection même si l'occident entier tentera de la démanteler et encore une fois le propos prophétique leur sert de couverture même si les preuves contre eux du client vous seront remises Aujourd’hui le client et sa femme sont morts sans aucun jugement ni réhabilitation ni témoin ni coupable ni aucun droit ni pour la femme ni pour l’homme L’accusé continu à maintenir la pièce décapitation au niveau du site la voix des opprimés pour que l’occident ne l’oblige pas a donné des preuves contre l’organisation quoique disgracié par le président de la république à ce sujet Cette dernière lui a remis une forte somme d’argent en mai 1998 avec promesse de maintien permanent sur la sciène politique et l’autonomie de la grande Kabylie d’où il est originaire La justice algérienne autant que la cour international de justice se refusent à toute concession pour élucider cette affaire qui devient un conflit politique dans les coulisses de la transparence intergouvernementale raison d’état Cette organisation contre laquelle le chef du gouvernement d’Algérie elkhabar 11/01/2003 a appelé tous les partis politiques pour la combattre désormais libre après la mort du mis en cause de sa femme et de l’avocate derniers témoins sur base incrimination de la DST française n’a de compte a rendre à personne fin de tout envoi http://www.limage.info/index.php#mod_556706 http://www.algerie-dz.com/forums/register.php?a=act&u=33189&i=38936506 http://images.google.com/imgres?imgurl=http://www.annabacity.net/bibliotheque/ouyahia.jpg&imgrefurl=http://www.annabacity.net/news/breve_1120_annaba%2Bouyahia%2Bannaba-%2Bbataille%2Blemploi.html&h=324&w=255&sz=20&hl=fr&start=11&tbnid=vpZeLpezJmtQYM:&tbnh=118&tbnw=93&prev=/images%3Fq%3Dhanane%2Btahraoui%26gbv%3D2%26hl%3Df http://www.blogg.org/blog-28749-billet-declaration-455614.html http://ffs63.unblog.fr/2007/10/06/ffs-declaration-29092007/#comment-333 http://kabylie.unblog.fr/2008/03/01/algerie-presse-politique-le-rcd-critique-le-professionnalisme-du-journal-independant-watan/#comment-1955 http://kabylie.unblog.fr/2008/03/01/algerie-presse-politique-le-rcd-critique-le-professionnalisme-du-journal-independant-watan/#comment-1955 http://ffs1963.unblog.fr/2007/11/07/said-azamoum-pourquoi-je-quitte-le-rcd/ http://rcdcollo.canalblog.com/archives/2008/02/10/7900153.html http://www.lematindz.net/news/le-choix-du-rcd-par-mohamed-benchicou.html http://rcdcollo.canalblog.com/archives/2008/02/10/7900153.html http://www.blogg.org/blog-28749-billet-declaration-455614.html http://ffs1963.unblog.fr/2008/04/06/commemoration-de-lassassinat-de-ali-mecili/#comment-10299 http://www.blogg.org/blog-16980-billet-non_a_la_dictature-340919.html http://www.memepasmal.net/index.php?blog=2&p=640&disp=single&more=1&c=1&tb=1&pb=1#c3926 __________________________________________________
    11
    thirga
    Mercredi 8 Juillet 2009 à 17:56
    OUI A LA JUSTICE
    Responsable de mars 1990 à juillet 1992 du service de recherche et d'analyse à la Direction du contre-espionnage de la SM dont dépend certainement le cap.Gettouchi Amar abattu par le terro au Télémly, Samraoui que cite Buchwalter déclare que Gettouchi avait créé le GIA?! Or Guetouchi est mort, Allah yerhmou,il ne peut parler comme l'a fait Mohamed Ziane Hassani. Les motivations à la sortie de ce general français, négociateur avec des terro de la libération des moines jusqu'à les recevoir à l'ambassade de France sont naivement exposées par la journaliste du Quotidien d'Oran Ghania Oukazi qui veut nous faire croire que Yazer est jeune, capable de commander toutes les forces de sécurité, Un mec qui déclare avoir été trempé/trompé par ses subalternes dans l'assassinat du lycéen Massinissa et de ses jeunes compatriotes tirés dans le dos comme des lapins par des forces spéciales le printemps 2001 en Kabylie. Enfin rien ne vaut la lecture de l'article ...Coïncidences de notre ex démocrate Ghania Oukazi, Le Quotidien d'Oran, 8 juillet 2009 C'est au moment où il est question de restructurer les services de sécurité et de réfléchir en parallèle sur la problématique d'une amnistie générale au profit des terroristes qu'un militaire français vient d'affirmer que c'est l'armée algérienne qui a tué les 7 moines de Tibehirine. La déclaration du général français à propos de l'assassinat en 1996 des 7 moines trappistes qui vivaient sur les hauteurs de Médéa, à Tibehirine, coïncide avec des événements très particuliers pour l'Algérie. L'auteur de la déclaration et les médias français ont en effet, bien choisi le moment pour la rendre publique. L'Algérie célèbre ces jours-ci un double événement, son indépendance et la fête de la jeunesse. Un moment où l'armée est glorifiée pour avoir réussi à chasser le colonisateur français. Et le 4 juillet dernier, le président de la République a décoré de nouveaux généraux sur les hauteurs des Tagarins, siège du ministère de la Défense. C'est donc une conjoncture où l'institution militaire est mise à l'honneur. Le général français n'est pas le premier à douter des commanditaires et exécutants de l'assassinat des moines français. En 2001, un journaliste français a remonté les traces de ce tragique événement et avait affirmé que ce sont les services de sécurité algériens qui ont commandité le crime. Le journaliste ne dira pas plus. Il sera assassiné en France quelque temps plus tard. L'on ne connaîtra peut-être jamais le mobile de son assassinat. Pour le moment, c'est celui des moines qui remontent à la surface. Le général français affirme avoir été informé par un ancien militaire algérien sur ce qu'il a qualifié de bavure de l'armée algérienne. Vu du côté algérien, ces affirmations sont très lourdes de sens lorsqu'on apprend de sources crédibles que le président de la République réfléchit sur un projet amnistiant tous les terroristes. Pour rappel, c'est lui-même qui a répondu instantanément à une voix qui s'était élevée du milieu d'une salle pour lui demander «El âafou echamil, sid Er-raïs !» (l'amnistie générale, monsieur le Président !). C'était lors d'un meeting électoral qu'il avait animé à Tamanrasset, une région qui n'avait vraiment souffert du terrorisme durant les années 90. «Une amnistie générale, jamais !», avait-il crié avant de préciser: «Je ne déciderais d'une amnistie générale qu'à condition que tous les terroristes déposent les armes, ceux qui ont commis des crimes demandent pardon à la Nation et le champ politique soit redéfini», avait-il affirmé. Ainsi, avait-il fait savoir implicitement que l'option d'une amnistie générale faisait bel et bien partie de son programme durant ce troisième quinquennat présidentiel. Ceci, bien sûr, si tout marchera comme il l'aura voulu et décidé. Mais d'ores et déjà, l'on apprend que sa montée aux Tagarins, le 4 juillet dernier, ne lui a procuré aucun bonheur. Il était de très mauvaise humeur. C'est du moins ce que soutiennent ceux qui l'ont vu de près. «Il avait même accroché des galons à l'envers, tellement il était énervé», nous dit-on. La colère du président aurait une cause importante, du moins à ses yeux. La raison d'une colère Bouteflika avait, selon nos sources, demandé qu'on lui remette la liste des militaires retraitables mais il ne l'avait pas eue. Il faut croire que l'établissement d'une liste pareille remet en cause la force qu'a toujours eue l'institution militaire à garder ce qu'elle veut de ses responsables et éjecter ce qu'elle veut d'entre eux et au moment où elle le décide. Les exemples de limogeage inattendus lui sont légion. Le chef de l'Etat compte, selon nos sources, procéder lui-même à la mise à la retraite des hauts gradés qui doivent l'être et retenir pour nécessité de service ceux qu'il estime indispensables pour la situation. Bouteflika n'a pas encore eu, selon nos sources, les informations qu'il veut avoir à ce sujet. Sa colère contre l'institution militaire intervient à un moment où la sécurité du pays exige plus que jamais des institutions de l'Etat, rigueur, présence et efficacité absolues. Selon nos sources, le président n'est ni content ni convaincu de ce qui se fait sur le terrain. Revoir le fonctionnement de l'institution militaire est une option qui coïncide avec la rumeur faisant état du retour de l'ancien chef d'état-major, le général de corps d'armée Mohamed Lamari, en remplacement de Abdelmalek Guenaïzia, l'actuel ministre délégué auprès du ministère de la Défense. Annoncée il y a quelques temps dans ces mêmes colonnes, l'information a fait dire à certains hauts responsables que «ce retour serait très possible puisque Lamari a été invité aux deux cérémonies, celle de l'annonce par Bouteflika de sa candidature à l'élection présidentielle du 9 avril dernier et à celle de sa prestation du serment présidentiel. Une invitation et une présence qui auraient selon certains irrité des responsables militaires, notamment Guenaïzia. En même temps que l'armée, la restructuration des services de sécurité, tous corps confondus, toujours selon nos sources, apparaît très visiblement dans les approches sécuritaires développées en haut sous le sceau de la révision de la stratégie antiterroriste. L'assassinat des 18 gendarmes et celui de plusieurs gardes communaux durant ces derniers temps posent aujourd'hui véritablement la question de l'efficacité de ce qui est opérationnel en matière de sécurité. Le décès de Smaïl Lamari et du général Fodil Chérif imposent le changement. Il y a eu déjà vent dans ces mêmes colonnes de la création d'un super ministère de la Sécurité que dirigerait l'actuel ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Nouredine Yazid Zerhouni. «L'Algérie a plus que jamais besoin de centraliser ses services de renseignements parce que le monde l'exige tout autant que la sécurité dans le pays», nous disait hier un ancien responsable. Cette option imposerait la mise sous contrôle par Zerhouni de l'ensemble des services de sécurité existants. Ce qui signifie qu'il déchargera les services actuels y compris ceux de l'institution militaire d'importantes prérogatives qu'ils ont toujours gardées jalousement tout au long de l'histoire du pays. Réputé pour être un malgache influent (membre du MALG: ministère algérien des Liaisons générales) pour avoir été le chef de la région Ouest, «très proche de Bouteflika», Zerhouni a de fortes chances d'accaparer cet héritage sous une nouvelle appellation, bien sûr, mais aussi sous une nouvelle forme, moderne et professionnelle. Le retour du «Qui tue qui ?» Telles que présentées, les choses sont loin d'être simples dans un pays comme l'Algérie où le renseignement fait presque défaut. «Sauf peut-être quand il s'agit de ficher des futilités», nous disait un haut fonctionnaire. Entre la restructuration des services et l'idée d'amnistier les terroristes, il y a l'armée qui, même si elle a toujours été placée en tête des pouvoirs selon un ordre d'importance bien établi, elle a eu, pour rappel, grand-peine à faire entendre sa voix quand les adeptes du «Qui tue qui ?» avaient envahi les enceintes des grandes institutions occidentales pour l'accuser d'être à l'origine de nombreux crimes. Depuis, l'accusation la poursuit jusqu'à continuer de menacer la quiétude de ses responsables. L'aventure à l'aéroport militaire français, le Bourget, de Khaled Nezzar, lorsqu'il a été évacué sur Alger en urgence et dans le secret, en reste un exemple frappant. Les échos du «Qui tue qui ?» et de cet épisode retentissent aujourd'hui à travers les propos tenus par ce général français qui dit avoir été informé par un ancien militaire algérien. En fait, tout est dans cette affirmation, d'un Algérien qu'on dit ancien colonel qui aurait informé un général français. Si l'armée est accusée d'avoir assassiné les moines trappistes, c'est que ceux qui le soutiennent veulent continuer à faire semer le doute sur l'origine des criminels des années 90. Du coup, ce sont les terroristes islamistes qui gagnent en sympathie auprès des opinions publiques pour ne pas être considérés comme étant les seuls à avoir assassiné durant cette tragique décennie. Une amnistie générale leur serait donc permise au cas où le chef de l'Etat déciderait de la décréter. Ceci étant dit, une amnistie si elle est générale, elle pourrait aussi profiter à l'armée. Pour rappel, la charte pour la paix et la réconciliation nationale a beaucoup servi aux agents de sécurité de l'Etat, tous corps confondus, pour leur avoir consacré une disposition qui les absout de tout dépassement ou bavure. Aucune personne n'a en effet le droit de poursuivre en justice ces agents-là pour quoi que ce soit même si elle possède tous les éléments utiles pour cela. Le président de la République pourrait décider d'un texte qui prendrait en compte tous les aspects de la question d'amnistie pour que tout le monde trouve son compte. Encore une fois, la déclaration du général français sur les moines français, 13 ans après leur assassinat, n'est pas fortuite. Il faut reconnaître que l'ouverture de dossiers aussi brûlants dans une conjoncture qui l'est tout autant pour le pays tombe dans un moment où le président de la République vient de perdre sa mère avec qui l'on dit qu'il avait des liens particulièrement forts. L'on dit qu'elle a été le ciment qui gardait la famille très unie, surtout dans les moments les plus difficiles. «C'est grâce à elle et à sa présence à ses côtés, que le président a pu traverser tout ce parcours, depuis son très jeune âge à ce jour», nous disait un de ses proches. Le président a aussi son frère Mustapha qui est très malade et est hospitalisé à Genève depuis plus d'un mois. Mustapha, gentil et aimable qu'il est, a lui aussi été à ses côtés et lui a été d'une grande disponibilité. Il faut dire qu'il a été au président, depuis sa maladie, son médecin de garde permanent. Doit-on comprendre que tout ce tapage est de permettre à Boutef III de gracier des criminels qui ont juré de détruire l'Etat Algerien pour ériger un khalifat sur les cadavres d'Algeriens?
    12
    serail
    Vendredi 10 Décembre 2010 à 16:12
    serail
    http://www.facebook.com/home.php?#!/profile.php?id=100001735897796 IL EST PORTE AU SAVOIR DE LA COMMUNAUTE EUROPEENNE QUE LES INVESTIGATIONS MENEES SUR LE RESEAU INTERNET DENONCENT L’EXISTENCE D’UN DIFFEREND POLITIQUE INTERPOSE CI INTERPOSE http://islamic-intelligence.blogspot.com/2008/01/operation-november-1950-la-france-est.html EXISTANT ENTRE L’ALGERIE L’IRAN ET LA FRANCE QUANT A LA http://www.facebook.com/home.php?#!/profile.php?id=100001705121045 SITUATION DE RESPONSABILITE CONCERNANT LA http://islamic-intelligence.blogspot.com/2008/02/operation-november-1950-sarkosy-olmert.html MANIPULATION DE FRANC MAÇONNERIE ISLAMIQUE SA MENACE EST REELLE UTILISANT DONC CE CHANTAGE POLITIQUE CONTRE EUX ELLE S’EST SPECIALISEE DANS LE FINANCEMENT LA PROGRAMMATION D’ATTENTATS KAMIKAZES PRISE D’OTAGES ET L’EXPEDITION DE COLIS PIEGES http://www.facebook.com/home.php?#!/profile.php?id=100001617713303 SUITE A LA DECAPITATION DE L’AGENT ENQUETEUR REVENDIQUANT PREUVES 1998 http://www.facebook.com/profile.php?id=100001738231645 ET SUITE A LA RAISON D’ETAT DU TRIBUNAL PENAL INTERNATIONAL http://www.facebook.com/home.php?#!/profile.php?id=100001644170311 ENCORE UNE FOIS L’AVERTISSEMENT DE L’ARABIE SAOUDITE RESTE EN VIGUEUR http://www.facebook.com/home.php?#!/profile.php?id=100001730524896 UNE IMPORTANTE QUANTITE D’EXPLOSIFS EST ENTREE CLANDESTINEMENT EN FRANCE OCTOBRE 2010 CECI AFIN DE VENGER L’OFFENSE FAITE AU PROPHETE DE L’ISLAM PAR L’OCCIDENT EN CONSEQUENCE http://www.facebook.com/home.php?#!/profile.php?id=100001684593399 CEUX SONT ICI LES MEMES FICHIERS http://www.facebook.com/home.php?#!/profile.php?id=100001717875060 QUI FURENT MIS EN CIRCULATION AVANT SEPTEMBRE 2001 PENDANT QUE LA DST RESTE EN CONTACT PERMANENT AVEC LE FBI POUR DEJOUER LE COMPLOT IL N’EN DEMEURE PAS MOINS QU’ELLE S’ATTELE DANS LA PREPARATIOND’ALIBIS BOUC EMISSAIRES ET http://www.facebook.com/home.php?#!/profile.php?id=100001719424816 KAMIKAZES DIVERSION OU UNE REALITE TOUTE FOIS LA OU CETTE AFFAIRE RESTE DANS LES COULISSES DE LA TRANSPARENCE POUR RAISON D’ETAT EN VIGUEUR wikileaks@voila.fr JA SIGNIFIE JULIAN ASSANGE SELON DECODAGE http://www.facebook.com/home.php?#!/profile.php?id=100001565894232 IL EST A RAPPELER QUE L’EXTREMISTE OUSSAMA BEN LADEN N’EST QU’UNE CULTURE DE LA MANIPULATION D’OPPORTUNITE INTERMEDIAIRE SANS AUCUN POUVOIR SUR AL-QAÏDA NI SUR L’AQMI http://www.facebook.com/profile.php?id=100001830429997 ALORS QUE LE GOUVERNEMENT DU PREMIER MINISTRE FRANÇAIS DEMISSIONNE SUITE A CETTE FAILLE SECURITAIRE SON HOMOLOGUE ALGERIEN A DONNE LES MEMES RENSEIGNEMENTS AUX RESPONSABLES DU PARLEMENT EUROPEEN 08/11/2010 QUE CEUX QU’IL A DONNES A LA MAISON BLANCHE LE 02/11/2001 CONCERNANT L’ATTENTAT DU WORLD TRADE CENTER LES ETATS UNIS SE SONT HEURTES A CETTE MEME RAISON D’ETAT ET LES ONZE HAUTS RESPONSABLES SAOUDIENS ONT ETE SIMPLEMENT LIMOGES EN 2002 EN ECHANGE DE FINANCEMENT DU ROYAUME COMME DOMMAGES ET INTERETS AUX ETATS UNIS L’IRAN CRAIGNANT UN SUPPLEMENT D’EMBARGO POUR SON NUCLEAIRE INVITE LE PREMIER MINISTRE D’ALGERIE POUR EXPLICATION 21/11/2010 ET PARADOXALEMENT SI LE PROPOS PROPHETIQUE AUTHENTIQUEMENT RAPPORTE SITUE PARFAITEMENT LE LIEU DE LA RETRAITE DE CETTE FMI QUI COMMANDE ET AL-QAÏDA ET L’AQMI A MEDINE EN ARABIE SAOUDITE IMAM CACHE http://www.al-shatea.com/al-shatea-com-threads79840.html IL N’EN DEMEURE PAS MOINS QUE CETTE ORGANISATION QUI PAR AILLEURS OFFENSE L’OCCIDENT THEOLOGIQUEMENT DISPOSE AINSI D’UN REMPART INFRANCHISSABLE CONTRE LUI PARCE QUE EN CAS DE DENONCIATION ELLE REMONTERA AU GOUVERNEMENT DE L’ARABIE SAOUDITE QUI LA PROTEGE POUR CETTE RAISON SELON LA PROPHETIE CETTE ORGANISATION NE SERA JAMAIS DEMANTELEE DERNIER ESPOIR POUR LE MONDE MUSULMAN serail@yahoo.fr
    13
    catherinea
    Dimanche 13 Février 2011 à 15:51
    etats-unis
    LES ETATS UNIS PORTENT AU SAVOIR DU PEUPLE ALGERIEN L’EXISTENCE D’UN CONFLIT POLITIQUE ENTRE L’ALGERIE L’IRAN ET LA FRANCE http://www.facebook.com/profile.php?id=100001735897796 BOITE ELECTRONIQUE a_bouteflika@yahoo.fr RAISON POUR LAQUELLE NOUS AVONS APPUYE LE GOUVERNEMENT CONTRE TOUTE MARCHE ET TOUTE MANIFESTATION JUSQU’AU DEGEL DU CONFLIT http://islamic-intelligence.blogspot.com/2008/01/operation-november-1950-la-france-est.html SITES MAINTENUS PAR PREMIER MINISTRE ALGERIE http://islamic-intelligence.blogspot.com/2008/02/operation-november-1950-sarkosy-olmert.html SITES MAINTENUS PAR http://maps.google.fr/maps?f=q&source=s_q&hl=fr&geocode=&q=sabra+alg%C3%A9rie&sll=47.15984,2.988281&sspn=14.288657,28.125&ie=utf8&ll=34.833928,-1.529632&spn=0.004209,0.006866&t=h&z=17 LA FRANCE http://www.facebook.com/home.php#!/profile.php?id=100001617713303 sabratlemcenalgerie@gmail.com EN CONSEQUENCE LE PREMIER MINISTRE NE DOIT PAS QUITTER LE GOUVERNEMENT http://www.facebook.com/editprofile.php?sk=basic&success=1#!/profile.php?id=100001977519613 LES FAMILLES DES DISPARUS POLITIQUES FDPALGERIE@GMAIL.COM SONT AVERTIES QU’ELLES ENTRERONT EN POSSESSION DES DEPOUILLES DE LEURS ENFANTS JUSTE APRES DEGEL DU CONFLIT catherinea@yahoo.fr SITES http://deboutkabylie.unblog.fr/2010/05/11/ouyahia-vire-zerhouni-chef-des-armees-que-se-trame-t-il-dans-le-serail RETENUS PAR http://iflisen2008.over-blog.com/article-32225790-6.html LES ETATS http://www.michel-bellin.fr/bellin/blog-officiel-michel-bellin/index.php/2008/03/20/344-la-copie-retrouvee?cos=1 UNIS Http://Evangelique-Kabyle.Blog.Mongenie.Com/Index.Php?Idblogp=938236&P_Id=630817
    14
    kamilia
    Samedi 19 Mars 2011 à 14:36
    comité
    organisation mondiale de lutte contre les bidonville et les habitats insalubre.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :